massage du ventre

 

Le chi neï tsang est une des pratiques de la médecine traditionnelle chinoise. C’est un massage qui s’adresse aux viscères, pour équilibrer les énergies, soigner et prévenir les maux.

Une approche énergétique

Je vous propose une vulgarisation qui sera au plus proche possible des traditions de médecine chinoise mais, étant simplifiée, cette description manquera de justesse pour les personnes aguerries dans le domaine. Mon but est de rendre cette approche accessible à tous.

Dans le corps humain, les énergies circulent dans des canaux appelés méridiens d’énergie. Au nombre de 12, ils sont cartographiés, comme le sont les vaisseaux sanguins qui eux acheminent le sang. Chacun de ces 12 méridiens porte le nom d’un organe, auquel il est associé. Lorsque tout va bien, les énergies circulent de façon harmonieuse. Mais souvent on retrouve des déséquilibres liés à un blocage énergétique. Ainsi, il y a fréquemment présence d’un excès d’énergie à un endroit et défaut à un autre. Il est donc nécessaire de disperser d’une part (ce qui parfois suffit pour retrouver l’équilibre), et tonifier d’autre part si l’action précédente ne suffit pas.

Il y a plusieurs types d’énergies, dont l’énergie vitale qui est transmise à la naissance et s’égraine jusqu’à la mort. Pour consommer moins rapidement cette énergie épuisable, il est possible d’utiliser d’autres énergies, qui elles sont rechargeables. On peut citer l’énergie liée à ce que l’on respire (quantité d’air selon le mode respiratoire, comme qualité de l’air inspiré), l’énergie liée à ce que l’on mange, l’énergie liée au fait d’être en harmonie avec la saison (différents couples d’organes se rechargent à chaque saison), et l’énergie transmise par les pratiques de type chi gong, yoga, tai chi… D’où l’importance à donner à tous ces aspects dans nos choix de vie.

 

Le mode d’action du chi neï tsang

Ce massage du ventre va travailler sur les viscères liés aux méridiens d’énergie. Il a pour objectif de rééquilibrer la répartition des énergies au sein de l’organisme, de favoriser leur circulation et d’harmoniser en fonction de la saison en cours. Je ne vous propose pas une liste de pathologies face auxquelles le chi neï tsang est utile car chaque dysfonctionnement du corps est associé à un déséquilibre énergétique, donc cette approche peut aider.

Après un bilan qui guidera la séance, le praticien travaillera sur les organes présentant un excès ou un défaut d’énergie. Mais avant cela il travaillera sur les émonctoires. Ce sont les organes qui permettent d’éliminer les déchets du corps. La première séance est donc souvent consacrée à détoxifier les émonctoires, notamment la peau et le gros intestin. Ainsi, une fois que les portes sont libres, le corps peut se débarrasser des toxines qui l’encrassent.

Les schémas habituels étant tenaces, il est intéressant d’apprendre à effectuer un automassage issus du chi neï tsang. Effectué fréquemment, il évite l’apparition de maux. La pratique étant plus parlante que toute explication, je propose chaque année 2 ateliers de groupe : un pour l’entrée dans l’hiver et l’autre pour la sortie de l’hiver. L’objectif étant de rendre cette pratique accessible à tous. Prochain atelier le 29 novembre matin, dans la vallée de l’ouche, sur inscription, me contacter pour plus d’informations.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 1 =